AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  skyblogskyblog  forum officiel sur Michelleforum officiel sur Michelle  Paradiz MichelleParadiz Michelle  

Partagez | 
 

 Critique Spectateur

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 2046
Age : 33
Date d'inscription : 17/02/2006

MessageSujet: Critique Spectateur   Dim 11 Juin - 8:30

Les critiques des spectateur, vous pouvez vous aussi faire votre propre critique :


Dawelle - le 03/08/2005

Film super. L'ambiance est assez lente mais l'on ne s'ennuie pas, les plans s'alternant et les 2 visions des évènements étant convaincants. On nous peint la réalité des Etats-Unis, la pauvreté, les différences... un patriote s'étant battu pour son pays et étant profondément bouleversé par tout ce qui s'y rapporte et une jeune fille voyant les choses sous un autre angle, de façon, cela va de soi, beaucoup plus innocente... Michelle Williams s'en tire bien et l'on notera l'excellente bande originale!



pierrecoers - le 06/03/2005


Encore un chef d'oeuvre de Wenders, plus émouvant que beaucoup d'autres films, parceque profondément humain. Ce qui émeut aussi, c'est que ses films sont libres, comme l'homme l'est. A quoi ça tient ? mystère... J'adore aussi l'idée de cette jeune femme, presqu'une enfant, qui sauve cet homme atteint par la vie, par ses guerres.



phicha - le 06/01/2005

Land of plenty est un film bouleversant, rompant avec les clichés du film américain. Il traite des questions très contemporaines à travers la psychologie d'un homme, Paul, incarné par un acteur exceptionnel : John Diehl. Merci à Wim Wenders de nous donner encore à voir un chef-d'oeuvre.


manucat - le 17/10/2004

Film qui nous montre une amérique blessée, paranoïaque mais en même temps attachante, au travers de deux personnages : Lana, jeune femme de retour au pays de son enfance et son oncle Paul, vétéran du Vietnam... Tous deux aiment leur pays et ont été "amochés" par le 11 septembre. Wim Wenders aussi, certainement. Et il nous livre ici un film tendre et cruel à la fois : Images de misère et de buildings qui se cotoient, Images d'une amérique en crise, Images belles (quelquefois fines et légères, quelquefois très dures)... Un film qui nous permet peut-être de mieux comprendre l'état de l'Amérique aujourd'hui. Musique au top ! En somme : ALLEZ - Y !!!



Olympia - le 07/10/2004

Deux personnages qui incarnent chacun une certaine idée de l'Amérique, mais en mettant en cause les préjugés que les Français peuvent avoir sur la question : car la foi y est synonyme d'ouverture au monde et aux autres tandis que la paranoïa post-11septembre est liée à une volonté d'autosuffisance qui est le contraire de la foi. Beaucoup de grâce dans ce film, dans les images, le récit, et un symbolisme plus subtil que ce qu'en perçoit peut-être un regard rapide ou prévenu.



Tropmortel - le 05/10/2004

"Il fait des choses qu'on ne comprend pas..." Cette phrase vient à l'esprit dans les premières minutes d'un film à première vue emprunt d'une grande naïveté, et qui paraît aborder des sujets extrêmement brûlants et délicats avec une particulière maladresse. Mais c'est mal juger des capacités de Wenders, puisque c'est peu à peu, en prenant le temps de développer ses personnages, qu'il nous dévoile la richesse de son propos : une parabole humaniste et malicieuse. Le personnage du "veilleur", qu'on peut deviner inspiré des héros d'action hollywoodiens post-Vietnam, à la fois grotesque et touchant, laisse ainsi deviner par sa remise en question ce que le réalisateur entrevoit du monde qui vient : l'espoir teinté de résignation. Sorti dans la discrétion, sans battage médiatique, "Land of Plenty" est pourtant sans doute le premier film véritablement réussi traitant du traumatisme du 11 septembre et de la complexité du monde en résultant.



RegardChretien - le 30/09/2004

Le meilleur film de l'après 11 septembre. Tout en douceur, et avec tact, Land of Plenty met au jour le mystère de la faiblesse propre au genre humain. Mais puisqu'il regarde l'humanité, il montre aussi ce qu'il y a de beau et généreux en elle, et ne se contente pas d'un "bouh le vilain Bush pas gentil, caca !" à la Farenheit 9/11 ni d'un "nous les français on a tout compris et Bush n'est qu'un gourou stupide" à la "le monde selon Bush". Non, rien de tout ça dans Land of Plenty, et on s'en réjouit Smile Ici, on nous donne une présentation réelle de Los Angeles et de l'état d'esprit américain aujourd'hui, dans une fiction au rythme "enqûete policière" somme toute bien sympathique. Quel dommage que les critiques autorisés n'y voient qu'une histoire naïve et gentille. C'est bien plus que ça.



madone - le 23/09/2004

Magnifique regard sur notre monde blessé. Wenders et la magnifique actrice Michelle Williams boulervesent nos idées, et nous offre une vérité bonne à dire et à montrer, pour mieux comprendre nos guerres passées et présentes, nos conflits intérieurs, familiaux ou mondiaux. Pour aimer l'homme, quoi qu'il se passe. Superbes images et musiques.
Voir aussi : Toutes les critiques de madone


valentine_beldat - le 22/09/2004

LAND OF PLENTY est un film à la fois simple et invraissemblable, donc d'une immense poésie. L'opposition des deux héros, le croisement de leurs chemins et leur rapprochement progressif ne sont en fait qu'une représentation symbolique de ce que veut dire "avoir peur" et "avoir de l'espoir". Et Wim Wenders donne tout son sens à la peur, et tout son sens à l'espoir, et l'espoir peut alors vaincre la peur. A mille lieues du documentaire lourdeau, gras et subtil comme une matraque de Michael Moore. Au lieu de slogans et d'opinions de fast food, on a ici l'odyssée minuscule de deux personnes de chair et d'os. Un film qui rend meilleur.



athis1 le 22/09/2004

Du très beau Wim Wenders, deux comédiens (entre autres) magnifiques ! On retrouve le réalisateur tel qu'on l'a aimé, avec sa "patte" tout à fait particulière dans sa façon de filmer. Et le sujet de ce film laisse mieux comprendre ce qu'est l'Amérique. Cette fausse terre d'asile, de bien-être et de liberté : on y voit un quart-monde tel qu'il est vraiment, avec sa misère, ses traumatismes, ses blessures, le Los Angeles que les touristes ne verront jamais. Les restes du 11 septembre, le Vietnam : ce film est très riche, un peu lent au début (mais je pense que cette lenteur va avec les personnages et le sujet). Photographie, prises de vues, couleurs, bande-son superbes : film à voir absolument.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thewilliams-online.conceptforum.net
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 2046
Age : 33
Date d'inscription : 17/02/2006

MessageSujet: Re: Critique Spectateur   Dim 11 Juin - 8:30

Thetom - le 24/06/2005

Ca y est Wenders a retrouvé (en partie) la main! "Land Of Plenty" explore la paranoia qui a envahi certains Américains après les attentats du 11 septembre et suit les chemins, au départ séparés puis qui se rejoignent, de Lana et de son oncle, qui sillonne les rues à la recherche d'éventuels terroristes. Wenders se contente de filmer sans tenter d'influencer vraiment le spectateur, lui laissant une part de libre-arbitre, bien nécessaire à l'approche d'un tel fait de société. Certaines longueurs peuvent gêner mais le film est surtout bâti sur la force des images, sur des métaphores (comme celle du désert). Le film est également servi par deux acteurs principaux excellents, dont Michelle Williams dont on est obligé de saluer la performance. Elle est à la fois lunaire mais déterminée, douce mais ferme sur ce en quoi elle a foi. Elle seule mériterait le détour pour ce film. A noter aussi la très bonne musique qui accompagne le film et qui se superpose habilement à l'image pour remplacer le texte. Certains trouveront cette réflexion naïve, mais ce problème-là n'est il pas tout simple en y regardant bien?
Voir aussi : Toutes les critiques de Thetom


herisson26 - le 19/01/2005


Quelques doutes au départ : d'abord à cause de Michelle Williams, déjà vue... dans Dawson ! (sans commentaire...), ensuite à cause d'un schéma a priori trop simpliste, avec un méchant qui revient du Viêt-Nam et une gentille catholique pratiquante... On s'attend donc à du double lourd ! La première demie-heure semble confirmer nos pires craintes : la vierge effarouchée est réellement échappée directement du Paradis, et le paranoïaque est vraiment cinglé. Et puis, petit à petit, ça se complique au fur et à mesure qu'ils se rejoignent, et Michelle Williams gagne en profondeur ce qu'elle a perdu en blondeur. Si le cœur de l'une découvre les réalités sordides des États-Unis ("La chose dont on parle le moins à la Maison-Blanche, c'est la pauvreté aux États-Unis"), les certitudes de l'autre sont peu à peu ébranlées et son délire se lézarde. La fin devient lente, contemplatique presque, avec une pirouette que je laisserai découvrir... Et pour finir en beauté, la chanson éponyme de Leonard Cohen.



teufteufteufteuf - le 14/12/2004

Jolies métaphores, bons acteurs, belles musiques. Malgré quelques passages un peu longs, un film qui mérite bien trois étoiles !



bozzo2 - le 05/12/2004

Win Wenders nous offfre une réflexion sur l'après 11 Septembre à travers deux américains: l'un très bushien sombre dans le sécuritaire, l'autre plus ouverte balance entre l'amour de son pays et la recherche des causes de la haine envers les américains. Une réflexion sans réponse, mais qui nous montre une Amérique capable de tout, du meilleur comme du pire.



garbalex - le 16/11/2004


j'ai eu peur de m'ennuyer et franchement j'y suis allé pour voir si Michelle Williams de la série dawson s'en sortait, j'ai été admirablement surpris, le film est d'une simplicité pure, dans un Los Angeles des démunis, loin des lumières des beaux quartiers, le pays est blessé, ses anciens combattants paranos. Magnifique jeu des acteurs, complémentaires.


Kokaeen - le 02/11/2004

J’ai apprécié ce film ainsi que la façon dont est traité le sujet. Personne n’est condamné (pas même l’oncle « paranoïaque-traqueur » pour lequel on peut comprendre un tel comportement), seul le gouvernement américain est remis en cause dans sa politique intérieure (ignorance de la pauvreté, désinformation). Il manque tout de même un point dans la discussion finale entre l’oncle et sa nièce : Wenders omet d’évoquer la raison de cette haine envers l’Amérique (il contourne la question). Il se limite juste au fait que les peuples arabes n’apprécient pas les Américains. On peut penser qu’il ne veut pas empiéter sur un autre débat ou qu’il ne veut pas en dire davantage pour ne pas juger et de façon à laisser libre réflexion au spectateur (j’ai tout de même éprouvé une certaine frustration par l’absence de cet élément).



cidiboy - le 02/10/2004

Land of plenty est sans conteste un film inspiré, engagé; Wenders arrive tant bien que mal 0 accoucher cet obscurantisme et ce cynisme que dégage l'impression du film, cela n'en reste pas moins fait avec respect et humanité.



drole.de.frimouse - le 25/09/2004

Quand l'Amérique de la paranoia se mélange avec celle d'en bas et de la désolation, cela donne un film fort et qui peut se résumer par cette seule phrase du film [/b]:" Au lieu d'écouter certains, ce sont les voix des victimes du WTC que l'on aimerait entendre...Il ne faut plus d'autres morts en leurs noms !!!". La manière si personnelle de Wim Wenders de filmer est particulièrement réussie dans la phase conclusive du récit et le réalisateur nous offre un formidable bouquet d'images toutes aussi belles les unes que les autres !



[b]hlab27 - le 23/09/2004


Très bon film. On comprend peut-être pourquoi Land of Plenty est, selon la plupart des sites internet americains, au mieux en post-production au pire inexistant (littéralement)... Wenders se lâche dans la critique à l'encontre de Bush. Mais le vrai propos ne concerne pas que le syndrome post 11 septembre. Il fait un constat de la situation globale des US. Le héros, sorte de mercenaire qui voit des complots teroristes partout (quand il voit une bâche bleue recouvrant quelque chose de la taille d'une voiture, il s'imagine qu'il y a un sous-marin monospace caché là-dessous) parcourt les rues de L.A. à la recherche d'une crise imminente type 11 septembre. Aveuglé par sa recherche désespérée et tardive de cette crise il ne voit pas que la vraie crise se passe juste à côté de son truc : la loi de la rue, la faim, les SDF, l'absence d'Etat Providence. Wenders pose la question des priorités qu'un gouvernement doit avoir (et pas seulement US) : les milliards partent dans une lutte contre une crise seulement possible et surtout fatale (on ne peut rien faire quasiment contre ça) alors qu'il y a des crises controlables qui passent inaperçues. Les acteurs sont parfaits surtout John Diel qui bouffe littéralement Michelle Williams, pourtant elle aussi en très grande forme (enfin une qui se sortira de son étiquette d'actrice de série). Les images sont belles, la musique aussi. A voir, c'est tout !


bob43 - le 22/09/2004

Excellent film qui traduit bien les errances de l'Amérique de Bush manipulée par la peur et le mysticisme religieux instrumentalisés par ses dirigeants... Les deux acteurs principaux sont magnifiques et servis par le talent de Wim Wenders qui jette un regard sans pitié sur la société américaine, inégalitaire à l'excés...


adam-kesher - le 02/06/2006

Un beau film qui sait se détourner des clichés et qui montre une quête à la fois absurde et attachante. Film timide, sans fracas, sans génie, mais moins simple qu'il n'y parait.



EtiDeBed - le 11/04/2006

Une incursion dans la Californie post 11 septembre, qui nous laisse entrevoir à travers la fiction une réalité plus complexe et une société en proie à ses problèmes



ios - le 29/01/2006

un discours soigné, mais Wenders oublie de faire un film qui pourrait intéresser le spectateur plus que de façon épisodique. l'antagonisme des deux personnage est forcé, même s'il est filmé en douceur. le problème du film ne tient pas à son idée directrice, mais à son style didactique. résultat, aucune émotion ne peut sortir du carcan rédactionnel de base, la situation est la même au départ et à l'arrivée. bref, on oublie bien vite



fab21 - le 14/08/2005

Un film politique non dénué d'intêret mais qui tombe parfois dans le patriotisme bon marché et ce sans le vouloir,reste une oeuvre sobre(un peu trop...),parfois poétique et attachante,les acteurs s'en tirent bien et l'ensemble fait réflechir,de plus la description que Wenders fait de la misère est des plus rude et émouvante.Une oeuvrette mineure,un film bancal mais interessant sur bien des points.



philozophe - le 12/10/2004

Un film un peu lourds et naif
(Wenders pose des thèses qu'il ne démontre pas sur la situation au proche orient, au US, etc. sur le ton du: si vous pensez autrement c que vous êtes aussi fou que mes personnages) sur l'actualité ultra contemporaine. Ca montre que le temps permet souvent d'instaurer une vision critique plus complexe et riche. A voir pour ceux qui veulent broyer de l'américain, de l'israélien et du capitalisme sans se poser plus de questions.



AlexProd - le 06/10/2004

Film qui traite de l'après 11 septembre, de la paranoïa qui s'est installé chez les américains. Malgré le fait que le réalisateur soit allemand, j'ai la ferme impression d'avoir vu un film fait par un américain pour les américains. Le film est fait de façon excessive : il montre tout, parle tout le temps, et explique tout. Wenders ne laisse aucune part à l'imagination, à l'interprétation, à la supposition. Il nous mâche purement et simplement le film. Quelle barbe ! Cependant le fond est bon, l'intention bonne. Les acteurs jouent de manière très juste leurs personnage déroutants. Finalement, le film en dit trop ou pas assez, on éprouve donc une sensation de " trop peu ".


rbresson - le 01/10/2004

" Cinéaste de l'errance " disait-on à propos de Wim Wenders. Paris, Texas ou encore Les Ailes du désir en sont des exemples parfaits : légèreté de la caméra et dépouillement du verbe. Land of plenty déverse sa logorrhée en n'offrant que peu de moments de flânerie et de contemplation. Comment évoquer, exprimer, interroger l'après 11 septembre aux Etats-Unis, la douleur d'un peuple, entre stigmates et incompréhension, psychose et représailles ? Le cinéaste allemand opte pour le mode didactique. Tout est dit, ici, tout est montré. Point de place à ce qui se dérobe à nos sens ni à l'indicible. Dès lors le film se clôt sur lui même dans des propos quelque peu simplistes, aux confins du politiquement correct et du manichéisme. La parabole ? trop évidente ? sur deux visons, à la fois complèmentaires et antagonistes, des Etats-Unis, l'une patriotique et paranoïaque, l'autre humaine et naïve sort difficilement de l'anecdotique et du bavardage. Quelques beaux plans ? rares ? ponctuent le film çà et là. Mais insuffisament pour lui insuffler ce souffle magique et poétique qui sied à d'autres oeuvres du cinéaste.



andronus - le 28/09/2004

du mauvais Wim. quelques idees. On apprecie qu'il montre l'amerique telle quelle est vraiment avec ses pauvres, ses impasses. Son mode de raisonnement



Anaxagore - le 05/01/2006

Quelle déception! Qu'est donc devenu le poète subtil des Ailes du désir? Avec Land of Plenty, Wenders signe un film laid et lourdement didactique. Il veut nous faire le portrait des USA après le 11 septembre et ne nous en offre qu'une caricature affligeante. Comment croire un seul instant en cette opposition manichéenne entre une Amérique pro-Bush, symbolisée par un abruti complètement parano au patriotisme primaire, et une Amérique démocrate, incarnée par une gentille adolescente idéaliste et pleine de bons sentiments? Ce film nous renvoie très exactement l'image politiquement correcte que les européens se font à bas prix des USA en oubliant de regarder leur propre vilenie dans le miroir. En outre, aucune place ici pour la suggestion. Tout est dit et redit avec la légèreté d'un pachyderme. Il faut être sourd pour ne pas comprendre. Si on ajoute à cela la laideur repoussante des images mal cadrées avec des couleurs saturées, une musique nulle et assourdissante, on a tous les ingrédients d'un supplice cinématographique de choix... On concédera seulement à Wenders sa tendresse jamais démentie à l'égard de ses personnages. Il demeure un cinéaste profondément humain, ce qui devient de plus en plus rare. Mais c'est bien peu pour sauver un film du naufrage. Wenders se souvient-il qu'il fut un des réalisateurs les plus prometteurs des années 80?



warakurna - le 05/10/2004

Un film raté, assez naïf, et surtout très ennuyeux


thewall - le 03/10/2004

Wenders a toujours été un cinéaste extrêmement chiant, mais qui avait pour lui de traiter de sujets intellectuels avec beaucoup de clairvoyance et une grande finesse d'esprit. Au vu de ce "Land of plenty", la conclusion est sévère : Wenders est toujours chiant, mais en plus, il signe un film d'une lourdeur pachydermique que l'on attribue plus volontiers à un cinéaste comme Lelouch. Son idée de parler de l'Amérique post - 11 septembre est plutôt bonne et deux solutions s'offraient à lui : soit filmer un brûlot incendiaire à la Michael Moore, soit créer une oeuvre réfléchie et méditée alliant finesse et poésie. On attendait du cinéaste la deuxième solution et on se retrouve avec ni l'un ni l'autre. Effectivement, sa confrontation entre un Américain paranoïaque et une Israélienne proche des pauvres est d'un schématisme affligeant, indigne de l'auteur des "Ailes du désir". Tout est appuyé, surligné dans cette oeuvrette sans rythme, sans substance véritable. Sans compter que l'objet filmique est particulièrement hideux avec ses plans mal cadrés et son esthétique DV qui tire le film vers l'amateurisme, plutôt que vers l'authenticité recherchée par le cinéaste. Film vain et sans intérêt, "Land of plenty" est une oeuvre désincarnée, réalisée par le fantôme de celui qui fût, jadis, un très grand cinéaste.



etudiant - le 30/09/2004

Ce film est atterrant tout simplement. Nulle réflexion pertinente sur la paranoïa ambiante des Américains, ni sur la politique scandaleuse de Bush, mais une opposition manichéenne entre un abruti traumatisé par le Vietnam et une ingénue catho jusqu'à l'os. On se demande comment un réalisateur jadis réputé a pu en arriver là. Enfin, s'il aime si peu les Etats-Unis (car pour les filmer avec tant de détachement, il faut tout de même une bonne dose de mépris), pourquoi Wenders ne retourne-t-il pas en Allemagne, là où il faisait des films plutôt corrects, du moins inventifs ?


justineg - le 31/03/2006

Mais qu'est-ce que c'est que ce film ?? J'ai détesté, je me suis mortellement ennuyée, ce fut un supplice de ne pas arrêter le film. L'histoire est totalement inintéressante et l'ambiance est très lente.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thewilliams-online.conceptforum.net
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 2046
Age : 33
Date d'inscription : 17/02/2006

MessageSujet: Re: Critique Spectateur   Dim 3 Sep - 14:47

une tres bonne critique je viens de trouver sur un tres bon site :

http://www.filmissime.com/fiche_film-387.html


Un film qui mériterait qu'on parle plus de lui!
C'est donc ce que je fais ici!

Même si c'est vrai que c'est un peu dur de qualifier un tel film. Pour reprendre la jaquette du DVD, je dirais que c'est un "portrait lucide de l'Amérique de l'après 11 septembre".
Je pourrais aussi vous dire que l'on suit le parcourt d'un homme complètement parano qui surveille les gens dans la rue afin de démasquer d'éventuels terroristes.
Mais le plus simple est encore de le voir. En plus l'image est magnifique et Michelle Williams est...Michelle Williams...
Que demande le peuple??

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thewilliams-online.conceptforum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Critique Spectateur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Critique Spectateur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Harmut, Rosa] Accelération, une critique sociale du temps
» Critique pour "Mystères et Mauvais Genres" Collectif *
» photo critique
» L'esprit de la critique
» La critique qui tue.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheWilliams-Online :: les films de michelle :: Land of Plenty-
Sauter vers: